Citation de Dominique Fernandez



Citation en image:



Sarah Goudar, refoulée avec les gens du peuple derrière la dernière rangée d'arbres, ne perdit son temps ni à se sentir blessée dans son amour-propre, ni à contempler le spectacle magnifique de la baie, ni à respirer le parfum des tamaris et des oléandres. Elle vit aussitôt le parti qu'on pouvait tirer des collines qui s'élèvent au bout de la promenade. Le Pausilippe avait l'air d'une bute escarpée, pierreuse et inhospitalière. Il suffirait d'en arracher les broussailles et de les remplacer par des pins, d'éparpiller de jolies maisons sous les ombrages, pour mettre à la mode un lieu de villégiature.  - Dominique Fernandez
Autres citations de Dominique Fernandez
Dominique Fernandez
Source:
Porporino ou les mystères de Naples (1974), Dominique Fernandez, éd. Grasset, coll. Les Cahiers Rouges, 1974 (ISBN 978-2-246-01243-6), partie I « San Donato », Qui étais-je ?, p. 35 - Porporino ou les mystères de Naples (prix Médicis), 1974

Dominique Fernandez
Dominique Fernandez


Naissance: 25 août 1929 (91 ans)

Biographie: Dominique Fernandez, né le 25 août 1929 à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain, romancier, essayiste et grand voyageur français, membre de l'Académie française.

Citation du jour

Je suis comme tout le monde : je n'ai continuellement la certitude de mener une vie durable.

Auteurs populaires