Citation de Louis Antoine de Saint-Just



Citation en image:



Citoyens, le crime a des ailes, il va se répandre dans l'Empire, captiver l'oreille du peuple. Ô vous, les dépositaires de la morale publique, n'abandonnez pas la liberté ! Lorsqu'un peuple est sorti de l'oppression, le tyran est jugé. On fera tout pour amener le peuple à la faiblesse par la terreur de ses excès. Cette humanité, dont on vous parle, c'est de la cruauté envers le peuple ; ce pardon, qu'on cherche à vous suggérer, c'est l'arrêt de mort de la liberté, et le peuple lui-même doit-il pardonner au tyran ? Le souverain, comme l'Être Suprême, n'a-t-il point ses lois dans la morale et dans la justice éternelle ?  - Louis Antoine de Saint-Just
Autres citations de Louis Antoine de Saint-Just
Louis Antoine de Saint-Just
Source:
Œuvres complètes, Saint-Just, éd. Gallimard, coll. Folio histoire, 2004, p. 667
Louis Antoine de Saint-Just
Source:
Œuvres complètes, Saint-Just, éd. Gallimard, coll. Folio histoire, 2004, p. 630

Louis Antoine de Saint-Just
Louis Antoine de Saint-Just


Naissance: 25 août 1767

Décès: 28 juillet 1794 (à 26 ans)

Biographie: Louis Antoine Léon de Saint-Just, né le 25 août 1767 à Decize, mort guillotiné le 10 thermidor an II à Paris, est un homme politique français de la Révolution française, un des plus jeunes élus à la Convention nationale, membre du groupe des Montagnards, soutien indéfectible de Robespierre avec qui il est emporté dans sa chute du 9 thermidor.

Citation du jour

Cap. Haddock : Je commence à en avoir plein le dos, moi, de votre yéti ! Qu'il se montre une bonne fois, cette espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille tonnerres de Brest !
Hergé

Auteurs populaires